Ungersheim ou la révolution tranquille...

Ungersheim ou la révolution tranquille…

Publié le Publié dans La Ruche qui dit Oui

Ungersheim ou la révolution tranquille…

Ungersheim ou la révolution tranquille et pacifique orchestré par son maire Jean-Claude Mensch, voici l’exemple d’un petit village alsacien qui met en oeuvre la transition écologique, le bio et la relocalisation à tous les étages…

Ungersheim ou la révolution tranquille...
Ungersheim ou la révolution tranquille…

Baptiste Giraud et Lucas Mascarello (Reporterre) met aussi en évidence dans les colonnes du quotidien de l’écologie, Reporterre que la transition est l’affaire de tous. Pour tenter d’y parvenir, la municipalité a mis en oeuvre les principes de la démocratie participative depuis février 2009. Ses réunions forment la pierre angulaire de la politique communale qui donne du sens aux actions et créé des liens. Sont sortis de terre les 21 actions pour le XXIième siècle. Pour aller aussi loin dans la transition jusqu’à servir d’exemple français, il a bien fallu le soutien d’une partie de la population.  On peut lire : »Le nombre et l’ampleur de ces initiatives, pour un petit village de 2.000 habitants, ne manquent pas d’étonner. Tout comme le fait que c’est la mairie qui en est à l’origine. Alors quoi, le poids des règles, de l’administration, des partis politiques, de l’électorat, ne seraient pas si paralysant qu’on se plaît à le dire ? Réponse du maire : « Humainement, politiquement, ça va très vite quand on prend conscience que notre pouvoir peut être un levier de mise en œuvre de la transition. Gouverner, c’est prévoir, anticiper, innover. Et le courage politique est sanctionné favorablement, si on démontre à la population l’intérêt de ce qu’on fait. ».

Alors que de nombreux village se meurent dans nos campagnes. L’Ecologique ne serait-elle pas un formidable prétexte à la reconstruction à travers la réalisation de projets locaux – régie de maraîchage, création d’une légumerie, restauration scolaire bio, chaufferie bois, ferme photovoltaïque. Mais également sur des sujets plus humbles comme l’adoption d’un plan zéro phyto pour les espaces verts, l’utilisation de produits d’entretien écologiques dans les bâtiments publics, souscrire des contrats de fourniture d’électricité renouvelable, réaliser et se soumettre aux bilans énergétiques des bâtiments communaux, etc.

Qu’en pensez-vous ?

Bonne réflexion !

@FranckTerras

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *