Une cuillère de terre et vie microbienne : Les Ateliers en Herbe

Microfaune : acteurs de la vie…

Publié le Publié dans Jardinage Naturel

Microfaune, acteurs de la vie du sol…

Dans cet article, je vous propose de découvrir la microfaune : quelques acteurs de la vie du sol méconnus du jardinier amateur. Mon but n’est pas de vous proposer un cours magistral sur des phénomènes qui de toute façon m’échappent et pour lesquels je ne dispose d’aucun moyen d’étude scientifique. Je souhaite simplement partager cette connaissance qui a révolutionnée ma technique de jardinage et ma production potagère à travers mon potager en lasagne.

Protozoaire et vie du sol : Les Ateliers en Herbe
Protozoaire et vie du sol : Les Ateliers en Herbe

Avec la microflore, la microfaune compose une matrice invisible qui est le support de toute forme de vie sur terre selon Claude Bourguignon dans son livre « Le sol , la terre, les champs ». Cette évolution est possible grâce à l’énergie solaire et à l’atmosphère terrestre.

Dans un premier temps, ne voyant pas à l’œil nu la microfaune, il a été plus facile de l’ignorer que de comprendre son rôle et de l’intégrer dans un schéma de culture qui remettrait en cause toute une filière économique. Grâce au microscope électronique et aux progrès de la science, on peut défendre une autre vision qui se concrétise par la technique du non-labour, la volonté de s’appuyer sur la vie microbienne et la mise en œuvre d’un agro-écosystème comme de définit Bernard Bertrand dans « Le génie du sol vivant ». Pas de labour pour le potager en lasagne mais il est donc essentiel de soutenir la vie microbienne pour apporter le complément nutritionnel dont nos légumes ont besoin.

Cette faune est très disparate: du plus petit, unicellulaire, à la macrofaune : le ver de terre, le serpent ou le hérisson. Je ne présenterai dans cet article que ceux dont on imagine pas le rôle car ils sont invisibles. Ils sont néanmoins indispensables pour notre jardin car ils entretiennent le réseau alimentaire du sol dont les bénéficiaires directs sont nos cultures.

Dans le sol, la chaîne alimentaire est respectée, les plus gros se nourrissent des plus petits, c’est la base d’un réseau complexe. Les déchets et les cadavres de la microfaune constituent les ressources alimentaires de nos plantes.

1 milliard de bactéries dans une cuillère à café de terre…

Soit 10 millions à 1 milliard par gr de terre. Elles sont très variées. Elles colonisent tout système digestif dont celui du corps humain. Les scientifiques estiment entre 500 et 100 000 espèces de bactéries différentes vivant dans le corps humain. Elles sont donc partout. Il existe des bactéries qui n’ont pas besoin d’air pour vivre, bactéries anaérobiques et des bactéries qui vivent au contact de l’air, bactéries aérobiques qui fixent l’azote par exemple.

Un nématode : Les Ateliers en Herbe
Un nématode : Les Ateliers en Herbe

Les bactéries sont unicellulaires qui se reproduisent extrêmement vite si le contexte est favorable. Elles mesurent 1 à 4 µm. Elles incarnent la plus ancienne forme de vie sur terre. De forme ronde, ovale ; en bâtonnet ou en spirale, elles se reproduisent par division cellulaire et de façon permanente Elles s’attaquent principalement à la matière verte de notre potager. La montée en température de la butte ou du tas de compost est symptomatique de leur action et prolifération. A chaque température, prédomine un type de bactéries. Elles décomposent la matière pour consommer des sucres simples, d’acides gras et d’acides aminés et libèrent de l’énergie sous forme de chaleur. En échange, leur action est essentielle autour du recycle du carbone, du soufre et de l’azote. Ces nutriments qu’elles absorbent par osmose deviennent disponibles pour les plantes lorsqu’elles meurent ou libèrent des substances. On parle de biomasse bactérienne.

Le mucus bactérien est une matrice composée de sucres, de protéines et de d’ADN. Il influe sur le pH du sol. Une analyse de pH de la terre, peut être un révélateur de l’état des bactéries dans le sol de votre jardin. Dans un sol alcalin, d’une valeur de 7 et plus, le mucus bactérien a pris le dessus sur l’acide fongique. Selon Jeff Lowenfels et Wayne Lewis dans « Collaborer avec les bactéries et autres micro-organismes », nos légumes annuels affectionnent les sols dominés par les bactéries. A la différence des plantes vivaces préfèrent les sols dominés par les champignons qui constituent la microflore.

Il existe bien-sûr des bactéries pathogènes contre lesquelles le jardinier peut se battre en utilisant des produits phytosanitaires. Les bactéries pathogènes sont en minorité et le but est de pouvoir les contrôler naturellement en donnant à la nature les moyens d’instaurer un équilibre plutôt que de détruire la biomasse bactérienne dans son ensemble et limiter du même coup nos plantations de nutriments. Pour cela, il faut stimuler la vie du sol en maintenant un réseau alimentaire grâce à une méthode naturelle de jardinage.

Plusieurs milliers de protozoaires dans une cuillère à café de terre arable.

Les amides, les ciblées et les flagellés sont des protozoaires. Les amides sont les plus gros pour 100 à 300kg/hectare.

Des bactéries, vie microbienne : Les Ateliers en Herbe
Des bactéries, vie microbienne : Les Ateliers en Herbe

Les protozoaires mangent principalement des bactéries et des champignons mais en cas de disette, ils peuvent se dévorer entre eux. Paradoxalement, les protozoaires vivent également en symbiose avec certaines bactéries qui leur rendent de nombreux services pour transformer la matière organique.

Les protozoaires sont unicellulaires. Les scientifiques les considèrent proches des animaux. Ils mesurent entre de 5 à 500 µm. Très vulnérables, ils se reproduisent très rapidement par division cellulaire comme les bactéries. Ils se déplacent grâce aux molécules d’eau qui rythment également leur activité. Ils peuvent rester endormi durant plusieurs années en attendant que les conditions soient favorables pour leur développement. Ils vivent entre 10 et 30°.

Le rôle des protozoaires est primordial car ils minéralisent la matière organique afin de rendre assimilable les éléments par le végétal. Ils participent à l’apport de nitrates à hauteur de 80%. Les bactéries qui fixent l’azote (N2) sont présentes dans le sol lorsque le pH est alcalin. Elles transforment l’azote en Ammonium (NH4+) puis les protozoaires en les absorbant produisent du Nitrate(NO3) assimilable par les végétaux.

40 à 50 nématodes dans une cuillère à café de terre arable.

Soit plusieurs millions de nématodes au m2. .Les nématodes sont des vers dotés d’une cuticule pour se protéger

des agressions physiques et chimiques. Il mesure 50 µm à 2 mm. La majorité reste invisible. Ils ont tous un rôle précis : certains dévorent les racines (nématode de la tomate et la betterave), d’autres se nourrissent de bactéries et de champignons régulant ainsi ses populations. D’autres se nourrissent de nématodes régulant les nématodes entre eux, d’autres sont des parasites des limaces (Phasmarhabdits Hermaphrodita ou Nemaslug) d’autres transforment la matière organique… Cette chaîne alimentaire permet minéralise la biomasse.

Pour lutter contre les nématodes, l’œillet d’inde est certainement la plante la plus nématicide, raison de son association avec la tomate. Ce sont les seuls micro-organismes à transformer la matière organique animale. Ils servent de système de locomotion aux bactéries qui se fixent sur leur enveloppe.

La terre arable ne serait-elle pas le système digestif de la planète ? Certes, mais la culture en lasagne est une culture hors-sol me direz-vous. Elle demeure en liaison avec le sol et les micro-organismes. Sachez que la Nature a tout prévu car chaque élément est porteur des micro-organismes utiles à sa transformation dans le milieu naturel. Au jardin, rien ne se perd tout ce recycle ! Pour être complet dans mon prochain article, je détaillerai la microflore.

Pour de plus amples informations, je vous suggère la bibliothèque ci-dessous.

Franck des Ateliers en Herbe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *