Potager en Lasagne

Potager en lasagne, vie microbienne…

Extrait fermenté comme support de la vie : Les Ateliers en Herbe

Potager en lasagne et vie microbienne…

Potager en lasagne, vie microbienne pour un modèle de jardinage : je vous propose de tenter de comprendre une part infime des mécanismes biologiques et de la vie microbienne connue à ce jour. Nous avons vu que la technique du potager en lasagne était caractérisée par l’empilement d’ une couche de déchets bruns, secs et carbonés, puis une couche de déchets verts, frais et azotés.

Extrait fermenté pour la potager : Les Atelier en Herbe
Extrait fermenté pour la potager : Les Atelier en Herbe

Il faut être conscient que dans le monde de l’infiniment petit que constitue le sol, argile, limons, etc ; il existe une vie, un écosystème composé de micro et macro-organisme  dépendant d’une chaîne alimentaire qui est à la base de notre prédation sur le monde animal et végétal. Le microscope électronique est une invention récente et il y a encore beaucoup à apprendre et donc à comprendre. . Dans cet environnement d’autant plus complexe qu’il est petit, je n’ai pas la prétention de vous livrer des explications scientifiques mais simplement de mettre l’accent sur des mécanismes naturels qui permettent d’entretenir la vie sur terre.

Pourquoi la forêt primaire est- elle si luxuriante ?

Voici la première question que l’on peut se poser surtout que l’homme n’y a déversé aucun engrais. Certains arbres sont certes très anciens mais la forêt se régénère en permanence. C’est le résultat de la minéralisation et l’humification de la matière organique brute (fruits, feuilles, bois) tombée au sol puis décomposé par la chaîne alimentaire composée des macro et micro-organismes, rôles des bactéries et champignons microscopiques. Voici les phénomènes que la technique du potager en lasagne permet de reproduire en un temps records grâce à l’intervention de l’homme. La culture en lasagne concentre à elle seule toutes les techniques d’un jardinage naturel avec la subtilité de recycler de nombreux résidus de notre société.

L’humification support de culture…

Les végétaux puissent 95% de leurs nutriments dans l’air. La culture sur butte n’est pas forcement une aberration

puisque l’apport du sol ne représente que 5% mais ce faible pourcentage est essentiel pour la bonne santé des végétaux.. La vie biologique du sol optimise la transformation et l’assimilation de l’azote, du phosphore, du fer, du bore, du cuivre et du soufre par l’oxydation et la chélation. L’azote est oxydée en nitrate, le phosphore en phosphate et le soufre en sulfate. Le fer et le bore sont chélates (phénomène d’association électrique pour associer différentes molécules). Ces deux phénomènes rendent les molécules solubles dans l’eau ce qui permet une assimilation par le système racine de la plante.

Le soutien des micros-organismes…

La rhizosphère et exsudats : Les Ateliers en Herbe
La rhizosphère et exsudats : Les Ateliers en Herbe

La microflore est composée d’algues, de champignons et de bactéries aérobiques et anaérobiques. Les bactéries aérobiques sont les plus représentées dans les 15 premiers centimètres avec 5 ou 6 milliards dans une poignée de terre. Certaines vivent en symbiose avec les fabiacées, elles puisent l’azote dans le sol pour l’échanger avec les plantes contre des sucres simples fruit de la photosynthèse, les nodosités présentes sur les racines des fabiacées sont des amalgames de bactéries dont le rôle de fournir de l’azote à la plante. Certaines bactéries libèrent des antibiotiques naturels pour protéger les racines des attaques de certains parasites. Elles prospèrent lorsque le ph du sol est compris entre 6 et 8. Dans le sol, les ravageurs des uns sont les partenaires des autres, ainsi va la vie. De même, chaque plante attire dans sa rhizosphère les micro-organismes qui lui sont utiles. Elle alimente un équilibre indispensable à son développement ; le jardinage au naturel doit maintenir ces symbioses…

Le royaume des jardiniers amateurs…

Si vous ne savais que faire, toutes les chances de réussites sont de votre côté car en jardinage naturel la technique du

non-agir est souvent plus efficace qu’un acte inadapté ( en rapport avec les techniques cultures que l’on peut vous conseiller) qui pourrait perturber la vie microbienne qui se met en œuvre. Ce nouvel écosystème trouvera son équilibre plus ou moins rapidement en fonction de sa taille et de la diversité végétale qui vous y avez introduit. Pour cela le potager en lasagne est un magnifique exemple, vous pouvez repiquer de façon dense et ainsi agir en faveur de la biodiversité. Comme dans le milieu sauvage, il y a plusieurs végétaux par cm2. Pour obtenir cette densité, je vous ai suggéré dans les précédents articles d’organiser l’espace en strates au niveau du sol et dans l’air.

Afin de comprendre l’intérêt d’un jardinage naturel, je vous propose dans les semaines à venir de découvrir la faune et la flore, acteurs de la vie du sol et leurs interactions avec les plantes… En attendant pour votre lasagne d’automne, vous pouvez employer des extraits fermentés pour soutenir la vie microbienne.

@FranckTerras

Laisser un commentaire