Sauver la planète à coup de fourchette ?

Publié le Publié dans La Ruche qui dit Oui

Sauver la planète à coup de fourchette ?

Titre de l’excellente émission de France Inter : « On va déguster » présentée par François-Régis Gaudry chaque dimanche de 11h à 12h. Cette émission me révolte tant elle est pertinente et que la société civile et les politiques font preuve d’un immobilisme accablant. 55’22 de radio antigaspi, tout est bon, tout est dit !

Consommons local et de saison !
Consommons local et de saison !

François Pasteau, Olivier Roellinger sont invités pour parler de cuisine éco-responsable : calcul du bilan carbone de son assiette, diminution des protéines animales,  adoption de nutri-score…Et comment se convertir à une cuisine éco-responsable ? » – voici pour les thèmes génériques de cette émission de dimanche dernier.

Ce qui m’amène ici ? La détresse des petits éleveurs fasse à grippe aviaire de nos élevages du sud-ouest mais surtout d’un de nos producteurs de la ruche de Lavalette et Flourens qui se trouve en grande difficulté. Je ne les nommerai pas car ils ne se souhaiteraient pas par discrétion naturelle. Leurs fiertés lui permet de nous proposer des produits d’exception que nous apprécions tous. Sans avoir conscience de cet équilibre incertain, du jour au lendemain tout peut bousculer. Et notre patrimoine culinaire avec… ELB, une association de petits producteurs monte au créneau. Dans certain cas, j’accepterai volontiers que nos producteur de la ruche fassent preuve de désobéissance civique face à l’injustice qu’ils subissent à mes yeux. Je n’en écrirai pas plus, je vous laisse écouter l’émission dans son intégralité tant elle fait écho avec l’ensemble des préoccupation des membres de la Ruche qui dit Oui! de Lavalette et Flourens.

Chaque mot compte : la chronique d’Estérelle Payany puis le coup de lame d’Arnaud Daguin en prévision du 1er tour des élections présidentielles tombent à point nommé…

Comme les grands chefs qui s’engagent, plébiscitez les circuits courts social et solidaire et une alimentation de qualité avec près que rien est un acte politique du quotidien.

A bientôt !

@FranckTerras

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *