Potager en Lasagne

Comment réaliser un potager en lasagne ? Suite et fin.

Mini potager en lasagne- Les Ateliers en Herbe

Comment réaliser un potager en lasagne ? Part 3/3

La technique du potager en lasagne est très productive, très économique, valorisante pour l’environnement et accessible à tous. Ce troisième volet vous permettra de poursuivre cette expérience en toute autonomie. Part 3/3

L’importance de la 5ième couche…

Repiquage dans la Lasagne : Les Ateliers en Herbe
Repiquage dans la Lasagne : Les Ateliers en Herbe

Elle est le support de vos cultures et elle fournit les premiers nutriments à vos légumes en attendant que la décomposition des couches inférieures se réalise. Si vous pratiquez le jardinage et le compostage domestique, vous n’aurez aucune difficulté à obtenir la matière pour la couche de finition soit 60 litres/m² de compost ou de terreau. Les débutants pourront substituer une grande partie de ce substrat par un mélange de vieux fumier et de terre. Pour un potager économique : privilégiez le compost aux pieds des plants uniquement. La terre peut être prélevée en surface autour de la lasagne. Vous pourrez peut-être trouver du compost à moindre frais auprès de votre déchetterie.

Le secret de la culture en lasagne :

La culture en lasagne forme un substrat hyper-riche pour les végétaux grâce à la décomposition de la matière organiques des déchets verts et bruns. Les micro-organismes minéralisent cette matière autour des racines en transformant l’azote en ammonium et en nitrate. Le carbone sert de carburant à la vie du sol. L’ensemble de la décomposition de la lasagne permet aux plantes de puiser ce dont elles ont besoin pour pousser et se protéger des éventuelles maladies. En quelques mois, la décomposition permet d’obtenir de l’humus que la forêt produit en plusieurs décennies d’où la nécessité du carton, du bois broyé ou des feuilles qui permettent d’introduire de la cellulose et de la lignine. Elles réveillent les champignons microscopiques qui les décomposent. La forêt ne subit aucun traitement (herbicide, insecticide, fongicide) et elle se porte bien grâce à l’équilibre naturel la vie du sol. Voici le phénomène que le jardinier entretient dans la culture en lasagne.

Comment prévenir les chaleurs estivales ?

A la suite des plantations, il vous faudra protéger la lasagne de l’évaporation et de l’assèchement. En paillage, les épluchures de légumes ont un rapport carbone/azote idéal soit 20/1 mais généralement on n’en dispose jamais suffisamment. Vous pourrez employer de la tonte de pelouse en fine couche à renouveler régulièrement. Cette technique s’appelle le compostage de surface. Durant l’été, arrosez le substrat à la tombée de la nuit. En pots ou en bacs, les plantes s’assécheront plus rapidement, soyez encore plus vigilants.

Recyclage de la lasagne…

Paillage de la Lasagne : Les Ateliers en Herb
Paillage de la Lasagne : Les Ateliers en Herb

A la fin de la saison de production estivale, vous pourrez mettre le reste de la lasagne au compost ou utiliser la matière décomposée pour la cinquième d’une nouvelle lasagne d’automne. Vous pouvez la couvrir d’un tunnel en hiver pour bénéficier encore et toujours de légumes, la vie continue…

Voici vous disposez de toutes les astuces du potager en lasagne, il ne vous reste plus qu’à récolter et déguster…

N’hésitez pas à poser vos questions, à bientôt !

@FranckTerras

7 réflexions au sujet de « Comment réaliser un potager en lasagne ? Suite et fin. »

  1. coucou! j’ai une autre question. pourrais-tu nous expliquer la différence entre un jardin en lasagne, et le jardin à la Forrer? J’entends dire que la lasagne ne dure qu’un an…je ne sais pas si j’ai fait un mix Forrer/lasagne…la seule différence, c’est que j’ai mis du carton au fond de mes buttes..Quelque chose m’échappe….peut-on re-nourrir la lasagne, pour qu’elle produise un nouveau cycle? Quelqu’un a-t-il déjà trouvé comment la faire redémarrer, ou comment utiliser ce qu’il en reste? j’ai mis tant de bois mort, de brun, de vert…je ne l’imagine pas fondre!!!

    1. Bonjour Margot et excuses-moi pour cette réponse tardive.

      La butte Forrer et la technique en lasagne sont des techniques différentes. La première différence vient de la composition de la butte en elle-même. Le fait d’enterrer du bois crée une réserve plus importante d’eau. Philip Forrer agit sur le sol en le brassant lorsqu’il reforme une butte tout les 10 ans (peut-être). Les ingrédients sont également principalement du résineux de part son terroir en pays audois. Pour info, je réalise un comparatif sur 4 buttes issues de la permaculture. Bien que le butte Forrer ne corresponde pas à mon terroir en terme d’ingrédients, de sol, de climat ; simplement avec les ingrédients, j’ai de très bons résultats. Du coup les résineux et notamment les aiguilles de pin trouveront une place plus importantes dans mes prochaines lasagnes.

      Pour ce qui est de la durée d’une butte en lasagne, elle correspond à la durée de vie que tu souhaites lui donner. Après une première saison de culture, le jardinier peut décider de l’évacuer au compost pour fabriquer un terreau pour le printemps prochain. Ou simplement décider de déplacer la butte initiale pour différentes raisons voir la refaire pour en modifier la forme… Suite à un premier cycle de culture, le sol est vraiment intéressant. Reconstruire une butte avec 5 couches au même emplacement ne me semble pas pertinent. Je te propose d’envisager les 2 options suivantes :

      – à l’emplacement de la lasagne qui a disparu durant le premier cycle de culture, tu peux envisager de poursuivre par une culture (repiquage de légumes d’automne par exemple, plantes vivaces, etc). Le sol est vivant, la terre est sombre et l’humus disponible. Je conseille un couvert végétal permanent selon le besoin de protection du sol des agressions (températures négatives, UV, etc). L’occasion est offerte d’alterner les déchets verts et bruns pour maintenir un couvert végétal permanent, un équilibre et un recyclage permanent de l’ensemble des déchets du jardin en fonction des saisons. C’est la procédure basique au jardin ornemental qui est composé principalement d’espèce pérenne. Au bout de quelques saisons, vous n’aurez presque plus d’indésirables sur les buttes devenues des plate-bandes.

      De cette façon, tu ne consommes pas tous les déchets sur les mêmes buttes déjà existantes. Le reste des déchets peut être utilisé pour étendre la surface de production par une ou plusieurs buttes à 5 couches dès l’automne ou le printemps suivant.

      – si tu ne souhaites pas mettre en place une culture d’automne à la suite du premier cycle de production, je te conseille simplement de couvrir la lasagne avec des déchets afin de protéger le sol des agressions hivernales. Au printemps suivant, tu découvre et dégages les gros bois si nécessaire pour tes semis et repiquage de printemps et ainsi de suite. Le couvert végétal est toujours primordial afin de jardiner sol vivant. Ce dispositif est un stockage intéressant pour les légumes racines ; il reste un semblant de butte, le sol est drainant… Ainsi recouvert, les carottes, betteraves, navets et panais pourront passer l’hiver dans des conditions optimales… On peut également imaginer déposer les légumes racines sur le reste de la lasagne sans pour autant qu’ils y aient été cultivés et les recouvrir pour l’hiver. Attention aux rongeurs qui pourraient débarquer !

      J’espère que j’ai répondu de façon exhaustive à tes questions.
      A bientôt !
      Franck

  2. Merci pour tous ces renseignements, pour ce beau site! Je m’amuse bien avec mes lasagnes, je peux le dire, cependant quelques questions : je ne suis pas sûre d’avoir suffisamment de profondeur de terre pour des légumes racines, comme la carotte par exemple. Mes lasagnes fabriquées cet hiver se sont bien tassées, la terre du dessus est lourde, c’est de l’argile, j’ai eu l’impression d’en mettre beaucoup, mais….je pense que l’épaisseur du substrat terreux est de moins de 10cm. C’est grave docteur?
    est-ce que sur une lasagne on conserve les distances prescrites par le jardin ordinaire, ou on peut serrer plus? Par exemple, les fraisiers et l’ail…?

    1. Bonjour Margot et merci de poser tes questions ici car elles peuvent servir à d’autres lecteurs…

      Tu précises que la terre de la dernière couche est lourde. Cela peut être un avantage et un inconvénient. Un avantage car l’argile retient l’humidité indispensable aux développement des racines et un inconvénient pour les carottes qui se développe mieux dans des sols légers. Mais les anciens disent dans ma région que tout pousse dans l’argile alors il faut suivre leur conseil. Tu peux mélanger un peu de sable à bâtir avec la terre argileuse à l’emplacement des carottes par exemple. Et de la potasse que tu trouveras dans la cendre de bois tamisée (sans charbon). La lasagne continuera à affaisser mais ce n’est pas un handicap pour les légumes racines. Les betteraves par exemple sont toujours magnifiques dans les lasagnes même si on peut avoir le sentiment que la racine pourrait se retrouver hors de terre. Cette situation peut se produire mais les légumes racine demeurent bien enraciner… Au final, mon intuition me dit que cela est un avantage contre certain ravageur par exemple.

      Pour ce qui est de l’implantation, j’ai tendance à dire que vous pouvez planter serrer. Cette méthode évite le développement des graines entre les plantes. La limite de la densité optimale est atteinte lorsque les plantes en plein développement se frôlent. Donc les fraisiers et les alliacées peuvent être très serrées ce qui renforce l’association recherchée… Lorsque je réalise cet implantation ; au terme de la production, le fût du poireau traverse dans le fraisier développé… Planter serrer permet également de limiter la germination de graines d’adventices qui se trouvent naturellement dans la dernière couche (terre, compost, fumier). La densité permet de limiter l’évaporation de la butte.

      Le conseil du docteur serait de vous rappeler que la lasagne est une butte dont la réserve en eau est limité à l’inverse de la butte forestière de la permaculture. Arrosez et souvent indispensable avec toutefois peu de chance d’en mettre trop car la lasagne est naturellement drainante…

      A bientôt !
      Franck

  3. grand merci pour ces superbes pages! Je me sens tout-à-fait prête maintenant à entamer mes lasagnes, dès que les jours rallongeront un peu. Félicitations, Frank, c’est totalement délicieux de se balader sur les Ateliers en Herbe, et merci de m’y avoir conduite!

  4. bonjour,
    j’habite au sud de toulouse
    on est en octobre 2013
    1) – quand puis-je commencer la création d’une lasagne ?
    2) – j’ai beaucoup de laurier-cerise et je vais en faire la taille au mois de novembre. est-ce que je peux utiliser les branches, branchettes, feuilles vertes, feuilles séchées pour constituer ma lasagne ?
    3) – merci beaucoup pour vos conseils

    1. Bonjour Jocelyne,

      merci pour vos questions qui pourront également être utile à d’autres lecteurs.

      1) – Quand puis-je commencer la création d’une lasagne ?

      Je confirme que vous pouvez constituer une lasagne d’automne avec les ingrédients qui sont et seront à votre disposition dans les jours prochains comme les feuilles mortes et les résidus de taille. La culture d’automne est plus délicate que la culture de printemps et d’été. Vous devez sélectionner des légumes qui se développeront en automne et qui redémarreront rapidement en fin d’hiver. Entre temps, vous pourrez récolter… Pour la région toulousaine, je vous conseille de vous organiser afin que vos plants soient repiquées pour la fin du mois d’octobre. Si vous êtes en zone urbaine, vous gagnez 3 degrés environ par rapport à la campagne, ses températures plus élevées sont à votre avantage. Choisissez une zone protégée des vents dominants (vent d’ouest pour Toulouse), contre un mur qui captent les rayons du soleil pour créer des conditions optimales de culture. L’utilisation d’un voile de forçage peut également vous être utile.

      Pour les semis, nous allons rentrer dans une période critique car il faut de la chaleur pour faire germer les graines ; à cette époque de l’année, vous ne pouvez semer que des carottes, des choux-fleurs, des épinards et des fèves. Je ne parcours plus les marchés ou les jardineries pour me procurer les plants dont j’ai besoin ; si vous tardez trop, le choix devrait s’atténué mais vous pouvez encore acheter des plants des fraisiers, de la laitue, de la mâche, des oignons et différentes variétés de choux. Achetez-les dès à présent afin de les installer dans votre lasagne à la fin du mois d’octobre au plus tard.

      2) – J’ai beaucoup de laurier-cerise et je vais en faire la taille au mois de novembre. Est-ce que je peux utiliser les branches, branchettes, feuilles vertes, feuilles séchées pour constituer ma lasagne ?

      Vous pouvez utiliser tous ces résidus pour votre lasagne. Il s’agit de déchets bruns même si les feuilles sont vertes. Vous pouvez broyer les brindilles et les feuilles fraîches avec une tondeuse. Ils se décomposeront plus rapidement. Vous pouvez mettre au fond de la lasagne, les bois les plus gros (diamètre = 5cm) sur le carton. Pour les feuilles qui sont déjà en cours de décomposition dans votre tas de feuilles séchées, vous utiliserez directement.

      Vous pouvez constituer votre lasagne en automne avec les ingrédients disponibles et vous pouvez semer ou repiquer qu’au printemps prochain. Cela revient à faire un tas de compost dont la forme et l’emplacement sont réfléchis, organisés en prévision d’une culture…

      J’espère que j’ai répondu à vos attentes et bon jardinage !
      Franck des Ateliers en Herbe

      PS : Lorsque que l’interface du site vous indique en « attente de modération » cela signifie que votre post est en attente de validation et rédaction…

Laisser un commentaire