Agriculture, idées reçues et réalités...

Agriculture – Idées reçues, réalités.

Publié le Publié dans La Ruche qui dit Oui

Agriculture – Idées reçues, réalités.

Céline Imart sur le scène  TEDx Toulouse nous explique les idées reçues et réalités de l’agriculture côté végétal – 2014. Peut-être avez-vous déjà visionné cette vidéo. A 30 ans, cette jeune agriculture nous livre son quotidien et son opinion sur l’agriculture…

Subvention, PAC, OGM, politique phytosanitaire, prix de revient, comparaison avec d’autres secteurs comme l’automobile, industrie aéronautique, etc. Bref son propos permet de rappeler le contexte agricole mondial et de se forger une idée plus spécifique sur le contexte européen et français qui détermine les prix auxquels nous achetons nos fruits et légumes. Cela me renvois aux discussions que nous pouvons entretenir avec certains producteurs de la Ruche qui dit « Oui! » . Cette vidéo est intéressante car elle retranscrit à l’identique les propos de certains de nos producteurs.

Par ailleurs, on constate sur la toile que Céline Imart est très médiatique. Certaines idées comme l’usage récurrent des traitements bio car moins efficace, l’usage du plomb et du cuivre favorisant la destruction des sols sont démentis par d’autres agriculteurs qui se retrouvent sous l’étiquette de la Paysannerie.

Céline Imart est un « Ovni » dans le paysage agricole. Sortir des sentiers battus n’est pas facile en France. N’incarnerait-elle pas le discours bien ficelé d’un certain syndicalisme ? Pensez-vous qu’elle en a tous les atouts ?

Du point de vue extérieur au monde agricole, j’adhère spontanément à l’idée que tous les secteurs sont soutenus (agriculture, aéronautique, chimique et il en est de même pour mon secteur d’activité) ce qui fausse complètement la valeur réelle, le cours, le prix des choses. Personne n’est en capacité de calculer le coût indirect de l’impact de l’agriculture moderne sur l’environnement. Mais si notre société y parvenait, l’agriculture naturelle prendrait une toute autre signification au regard des économies réalisées sur notre santé, notre environnement, etc. Les consommateurs ne calculeraient plus à gagner quelques euros sur un panier de légumes naturels par exemple car ils les compenseraient cet écart par des polices d’assurances moins coûteuses, des rendez-vous médicaux moins fréquents, du temps et de l’argent économisé. Bref un autre confort de vie ! Malheureusement le ressenti actuel de confort passe aujourd’hui par la consommation à outrance dans les pays capitalistes.

Je vous invite à mener ce cheminement personnel en vous disant que rien n’est complètement noir ou blanc. Adopter une ouverture certaine d’esprit. Posez-vous cette question : comment puis-je faire à mon échelle pour tendre vers ma perception du blanc…

A bientôt !

@FranckTerras

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *