Les 13 doléances de la Confédération Paysanne.

Les 13 doléances de la Confédération paysanne.

Publié le Publié dans La Ruche qui dit Oui

Les 13 doléances de la Confédération paysanne.

Une vingtaine d’organisation dont Terre de Liens, Générations Futures, Les Amis de la Terre, Attac, le CIWF, les CIVAM, Réseau Action Climat ont répondu à l’appel de la Confédération paysanne pour élaborer un cahier de 13 doléances qui a pour objet de permettre un accès à tous à une alimentation de qualité, produite par des paysans qui vivent de leur travail et pratiquent une agriculture paysanne.

 

Les 13 doléances de la Confédération Paysanne.
Les 13 doléances de la Confédération Paysanne.

La présentation des 13 doléances s’est déroulée à Saint-Denis le 19 janvier dernier lors des Assises de l’agriculture et de l’alimentation. Ces doléances sont issues de rencontres citoyennes organisées sur divers territoires, urbains ou ruraux.

Pascale Brevet sur le site Alimentation Générale nous rapporte le principe fondateur : « La connexion agriculture-alimentation y est bien sûr centrale, condition nécessaire pour imaginer une agriculture paysanne et un droit citoyen à une alimentation de qualité. Y sont posées les bases d’un nouveau pacte entre paysans et société, citadins et monde rural. On y comprend que choisir ce que l’on produit et ce que l’on mange est un acte politique car, au-delà de conditionner ce qui se retrouve dans nos assiettes, ce choix dessine les paysages et les formes d’organisation du travail dans le monde paysan. »

Voici les 13 doléances :

1. Mettre fin à la dualité des modèles agricole et alimentaire.
2. Avancer vers la souveraineté alimentaire afin d’articuler les politiques agricoles et les politiques alimentaires pour assurer une alimentation de qualité accessible à tous et à toutes !

3. Combattre les principes du libre-échange, notamment pour les produits agricoles et alimentaires, afin de mettre un terme aux dumpings écologiques et sociaux à l’œuvre.
4. Maîtriser et répartir les volumes de production pour réguler les marchés agricole et alimentaire.
5. Mettre en œuvre des contrats de transition vers une agriculture paysanne, une alimentation de qualité et une relocalisation de la production et de la distribution.
6. Faciliter l’accès au foncier et l’installation pour les porteurs de projets agricoles tournés vers la production d’alimentation de qualité.
7. Améliorer le bien-être animal et organiser la transition alimentaire vers des régimes moins carnés : mangeons mieux !
8. Développer la structuration logistique pour les circuits alimentaires locaux : une restauration collective publique et privée de qualité, une aide alimentaire de qualité sont des leviers forts de transition.

9. Ouvrir aux organisations citoyennes les lieux de décisions sur les politiques agricoles et alimentaires.
10. Mettre en place des politiques d’éducation à l’alimentation et à l’agriculture pour limiter l’impact de la publicité sur la consommation.
11. Améliorer l’information à destination des consommateurs.

2. Assurer un droit au revenu aux paysans.
13. Transformer les moyens permettant à tous d’avoir accès à une alimentation de qualité.

En choisissant les circuits courts social et solidaire comme les AMAP ou la Ruche qui dit Oui! vous respecterez la majorité de ces doléances. N’oubliez pas que les Vendredis de la Ruche que l’association des Jardins de Baugnac organise, vous permettront de participer à des tables rondes annuelles avec les producteurs, d’assister à des conférences sur l’alimentation pour manger mieux, etc. Bref de reconquérir votre alimentation !

Localement, rejoignez la distribution de la Ruche qui dit Oui!

A bientôt !

@FranckTerras

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *